Le guide du bon accompagnateur

La Conduite Accompagnée

 

Rôle de l’accompagnateur :

- L’accompagnateur n’est pas un enseignant de la conduite et de la sécurité routière professionnel.

 

- L’élève conducteur a déjà validé sa formation initiale, il a un certain niveau. Il a obtenu son AFFI, Attestation de Fin de Formation Initiale.

 

- L’accompagnateur n’a pas à lui donner des cours mais à transmettre son expérience de la route. Celui-ci a déjà fait des milliers de km, il a une expérience quantitative (nombre de kms) et qualitative (diversité des situations rencontrées : pluie, neige, montagne, conduite à l’étranger…).

 

- Son rôle est d’assurer un passage de relais entre l’enseignant et lui avant qu’il conduise en autonomie. L’accompagnateur va canaliser la prise de risques de l’élève pendant cette période de sur risque qui va de 6 mois à un an.

 

- Il va aussi avoir un rôle d’exemple quand il conduit.

 

Quels sont les différents rendez-vous pédagogiques avec un accompagnateur ?

 

- Le rendez-vous préalable (2h) : en voiture avec l’accompagnateur avant de débuter la phase de conduite accompagnée pour le préparer à accomplir sa mission si AAC, CS.

 

 

- Le 1er rendez-vous pédagogique (3h) : 1h en voiture et 2h en salle en collectif quand 1000 kms ont été effectués si AAC.

 

 

- Le 2ème rendez-vous pédagogique (3h) quand 3000 kms minimum et 1 an ont été effectués si AAC.

 

En présence d’au moins 1 accompagnateur est obligatoire à chaque RVP.

 

Conseils donnés à l’accompagnateur :

 

- Conditions réglementaires de l’accompagnement :

 

> On peut avoir plusieurs véhicules assurés et plusieurs accompagnateurs désignés auprès de l’assureur.

> L’élève doit tenir à jour son relevé de parcours dans le livret ou avec l’application « J’AACompagne ou J'AACcélère ». Mettre le disque de conduite accompagnée (sinon 35 €, minorée 22 €, contravention de 2ème classe) sur la carrosserie arrière gauche du véhicule.

> Embrayage au choix : boite manuelle ou boite automatique.

> Remorque autorisée avec accord de l’assureur, mais elle ne doit pas entraîner la catégorie B96 ou BE.

> Pas de conduite à l’étranger autorisée.

 

- Documents obligatoires à présenter lors d’un contrôle routier :

 

> La photocopie du formulaire de demande du permis (Cerfa 02) ou le NEPH si Demande dématérialisée (fac-similé), sinon l’élève conducteur est passible d’une contravention de 1ère classe de 11 €

> Son livret d’apprentissage.

> La lettre avenante signée par l’assureur

> L’accompagnateur doit avoir avec lui son permis de conduire (11€), le certificat d’immatriculation (11€), l’attestation et le certificat d’assurance (35€) et le macaron du

contrôle technique si le véhicule a plus de 4 ans. - Limitations de vitesse restrictives comme celles pour les conducteurs novices : (110 km/h, 100 km/h, 80 km/h, 50 km/h).

 

 

- La préparation d’un trajet :

 

> Commencez en douceur. Découvrez le véhicule sur un parking calme : (course de la pédale d’embrayage différente, freinage et accélération différents. Gabarit : poids, longueur, visibilité, position de conduite, position des commodos, frein à main).

> Faites des courts trajets habituels, en allant au stade, au cours de danse…

> Evitez des trajets trop longs. (Pas plus d’1H30 par la suite).

> Ne faites pas uniquement de l’autoroute. (Variez les trajets).

> Débutez quand la circulation est fluide.

> Evitez de transporter trop de passagers au début.

> Evitez de mettre la radio au début.

> Anticipez les places de stationnement pour lui.

 

- Les premiers parcours :

 

 

> N’intervenez par la voix que si la situation est dangereuse.

> Essayez de vous rendre compte de l’endroit où il porte le regard.

> Incitez-le à le porter le plus loin possible vers l’avant.

> Evitez les réflexions du type : « Attention » sans dire à quoi ?

> Valorisez ses comportements sécuritaires.

> Arrêtez-vous pour discuter en cas de désaccord, si l’apprenti vient de subir un stress important.

 

 

- Les difficultés rencontrées :

 

 

> Le stress : l’apprenti panique, ne comprend pas ce que vous lui dites. Parlez-lui calmement, faites des phrases courtes. Indiquez-lui à l’avance les changements de direction.

Soyez calme et détendu.

 

- Le comportement d’opposition : Le jeune critique la règlementation et la circulation. Ne rentrez pas dans son jeu.

 

 

- La fatigue :

 

 

> L’apprenti dit « j’en ai assez ». Reprenez le volant, conduire doit rester un plaisir.

 

 

- Le manque de pratique :

 

 

> Si les temps de conduite sont trop espacés, il risque de manquer de confiance, encouragez-le à conduire plus souvent.

 

> S’il est en excès de confiance, il aura une vitesse excessive, fera un stop glissé, voudra conduire une main sur le volant, expliquez-lui les risques.

 

 

- Rappel des principales règles de circulation, Points non négociables :

 

 

> Respectez les règles de priorité : Priorité à droite, Stop : s’arrêter à l’aplomb de la ligne, cédez le passage, l’arrêt au feu jaune avant le sas 2 roues.

> Carrefour à sens giratoire : revoir le placement avec l’accompagnateur, les clignotants.

> On peut lui donner des conseils sur la conduite économique (voir livret) et sur les principaux facteurs d’accidents des jeunes.

> Soignez votre conduite car l’accompagnateur à un rôle de modèle.

© 2016 CFR Colombes

Siret 804 164 754 00017 / 804 164 754 00025  

Agrément E14 092 0020 0 / E14 092 0021 0

  • Instagram Basic Black
  • Facebook Basic Black
  • YouTube Basic Black

Site optimisé pour Firefox ou Chrome.